Mali

  • Augmenter
  • Diminuer
  • Normal

Current Size: 100%

Mali

Mali

Chiffres clés

Écoles bilingues
100
10
Classes bilingues
300
20
Enseignants
400
30
Élèves
15 000
982
Formateurs
50
45
Langues d’enseignement
4
1

greg

Sources : 

Ministère de l’Éducation nationale du Mali

Description

Le gouvernement du Mali : http://www.primature.gov.ml/index.php?option=com_content&view=frontpage&...

Le Mali est un pays d’Afrique de l’ouest francophone, limité au nord par l’Algérie, le Niger et le Burkina à l’est, la Côte d’Ivoire et la Guinée au sud, le Sénégal et la Mauritanie à l’ouest. Le pays est divisé en huit régions administratives : Tombouctou, Kidal, Gao, Mopti, Kayes, Koulikoro, Sikasso et Ségou, auxquelles s’ajoute le district de la capitale, Bamako. Son indépendance est fêtée depuis le 22 septembre1960.Le Président de la République est Son Excellence Monsieur Ibrahim Boubacar KEÏTA.

On compte une soixantaine d’ethnies au Mali. Près de 40% des habitants du pays appartiennent à la grande ethnie mandingue. Ce sont majoritairement des Bambara (23,9%), suivis principalement par les Sénoufos (12,2%), les Songhoy (8,9%), les Soninké (8,8%), les Bozos (4.6%) et les Khasonké (1,3%).

Description

1. Contexte général et situation sociolinguistique du Mali

Le Mali est un pays d’Afrique de l’ouest francophone, limité au nord par l’Algérie, le Niger et le Burkina à l’est, la Côte d’Ivoire et la Guinée au sud, le Sénégal et la Mauritanie à l’ouest. Le pays est divisé en huit régions administratives : Tombouctou, Kidal, Gao, Mopti, Kayes, Koulikoro, Sikasso et Ségou, auxquelles s’ajoute le district de la capitale, Bamako. Son indépendance est fêtée depuis le 22 septembre1960.Le Président de la République est Son Excellence Monsieur Ibrahim Boubacar KEÏTA.

On compte une soixantaine d’ethnies au Mali. Près de 40% des habitants du pays appartiennent à la grande ethnie mandingue. Ce sont majoritairement des Bambara (23,9%), suivis principalement par les Sénoufos (12,2%), les Songhoy (8,9%), les Soninké (8,8%), les Bozos (4.6%) et les Khasonké (1,3%).

La situation sociolinguistique du Mali est caractérisée par la coexistence des langues nationales et du français. Seul le français bénéficie du statut de langue officielle. La Constitution de 1992 de la République du Mali stipule ainsi en son article 25 que « le français est la langue d’expression officielle ». L’article 1er du décret 159 PG-RM du 19 juillet 1982 reconnaît 13 langues nationales, réaffirmées par la loi n°966049 du 26 août 1996 portant modalités de promotion des langues nationales au Mali :

  • Le bamanankan (bambara), parlé par 3 510 000 locuteurs natifs soit 38% de la population. Le bamanankan est la principale langue véhiculaire au Mali ;
  • Le maninkakan (malinké), parlé par 967 000 locuteurs natifs soit 10,46% de la population ;
  • Le fulfulde (peul), parlé par 936 000 locuteurs natifs soit 9,28% de la population ;
  • Le soninké (soninké), parlé par 858 000 locuteurs natifs soit 9,28% de la population ;
  • Le dogoso (dogon), parlé par 714 000 locuteurs natifs soit 7,73% de la population ;
  • Le mamara (minianka), parlé par 619 000 locuteurs natifs soit 6,70% de la population ;
  • Le songhoy (koyroborokan), parlé par 600 000 locuteurs natifs soit 6,49% de la population ;
  • Le tamasheq (tamasheq), parlé par 270 000 locuteurs natifs soit 2,92% de la population ;
  • Le bomu (bobo), parlé par 163 000 locuteurs natifs soit 1,76% de la population ;
  • Le syenara (senoufo), parlé par 136 000 locuteurs natifs soit 1,47% de la population ;
  • Le bozo (bozo), parlé par 130 000 locuteurs natifs soit 1,40% de la population ;
  • Le khasonké (khasonké), parlé par 127 000 locuteurs natifs soit 1,37% de la population ;
  • Le hasaniya (maure), parlé par 106 000 locuteurs natifs soit 1,14% de la population.

Les langues maliennes sont réparties entre les familles et groupes suivants :

  • Famille Mandé : bamanankan, maninkakan, khasonké, soninké, bozo, bomu, dogoso ;
  • Famille Voltaïque : seynara, mamara ;
  • Famille Atlantique ouest : fulfulde ;
  • Famille Nilo-saharienne : songhoy ;
  • Famille Afro-asiatique : tamasheq.

Parmi les 13 langues nationales retenues, 11 sont dotées d’un alphabet et de règles de transcription. Il s’agit du bamanankan, du bomu, du bozo, du dogodo, du fulfulde, du khasonké, du mamara, du soninké, du syenara et du tamasheq.

2. Langues nationales dans le système éducatif au Mali

Le Gouvernement de la 3èmeRépublique du Mali, en s’engageant dans un processus de refondation de son système éducatif, avec pour finalité « de former un citoyen patriote et bâtisseur d’une société démocratique, un acteur du développement profondément ancré dans sa culture et ouvert à la civilisation universelle, maîtrisant les savoir-faire populaires et apte à intégrer les connaissances et compétences liées aux progrès scientifiques, techniques et à la technologie moderne», prône un bilinguisme fonctionnel. L’enseignement est dispensé dans la langue officielle et dans les langues nationales. Les modalités d’utilisation des langues nationales et étrangères dans l’enseignement sont fixées par arrêté des ministres en charge de l’Education.

Ainsi après des années d'expérimentation de la langue maternelle comme langue d’instruction dans l'enseignement, le Ministère de l'éducation fondamentale a élaboré en 1993 un nouveau programme. L'article 12 du décret 93-107/P-RM du 16 avril 1993 a assigné au Ministère l’utilisation des langues nationales dans l’enseignement et, à partir de la rentrée scolaire de 1994-1995, a généralisé l'enseignement à la fois des langues nationales et du français en faisant passer le nombre des langues d'enseignement à six.

Le curriculum de l’Enseignement fondamental en cours d’implantation, avait pour socle la pédagogie convergente qui, elle-même vise un bilinguisme fonctionnelle. Ainsi, onze langues instrumentées (en dehors du maninkakan et du hasaniya) sont utilisées comme médium d’enseignement dans les écoles.

La première phase de la généralisation du curriculum de l’enseignement fondamental a concerné 2550 écoles dans 11 langues nationales à partir de la rentrée scolaire 2005 – 2006.

La seconde phase de la généralisation du curriculum de l’enseignement fondamental à la rentrée scolaire 2011-2012, a concerné2463 écoles, 13 Centres d’animation pédagogiques et 3 Académies d’enseignement en zone linguistique homogène bamanankan. Quant aux écoles situées en zones linguistique hétérogènes, elles feront l’objet d’une étude sociolinguistique.

L’évolution de la pédagogie convergente comme méthode,a amené le système éducatif à concevoir des méthodologies d’enseignement en particulier en lecture et en écriture avec l’approche équilibrée. Le Ministère souhaite élaborer avec l’Initiative ELAN-Afrique une approche bilingue de l’enseignement de la lecture écriture.

3. Les intervenants dans l’enseignement bilingue au Mali

Les principaux intervenants sont l’Etat et les ONG (Aide action, Fondation strom, Phare, Delta Survie, Plan- Mali, World vision, Acodep etc…).

4. Le dispositif de pilotage de l’Initiative et responsabilités des acteurs

Au Mali, le Ministère de l’Éducation nationale a placé l’Initiative ELAN sous la responsabilité de la Direction Nationale de l’Enseignement Fondamental (DNEF).La DNEF planifie les activités du projet et veille à leur mise en œuvre au niveau déconcentré. Elle prépare et organise des missions de suivi sous la supervision du Comité de pilotage à qui elle transmet les rapports de suivi-supervision.

La Direction Nationale de l’Enseignement Fondamental est un service technique du Ministère de l’Éducation nationale, chargé de l’élaboration des politiques éducatives et de veiller à leur mise en œuvre au niveau déconcentré.

Elle est constituée de 4 divisions :

  • la Division vie scolaire ;
  • la Division pédagogie ;
  • la Division de la scolarisation des filles ;
  • la Division de contrôle des medersas.

Le point focal de l’Initiative ELAN au Mali est le Directeur de la DNEF, M. Morifing CISSE.

La DNEF s’appuie sur la Direction Nationale de la Pédagogie (DNP) et la Direction des Finances et du Matériel (DFM) .

Les Académies d’Enseignement supervisent les activités au niveau des Centres d’Animation Pédagogique et élaborent un rapport trimestriel sur la base de leur rapport de supervision et des rapports d’activités des Centres d’Animation Pédagogique.

Les Centres d’Animation Pédagogique, responsables de la coordination, de la mise en œuvre et du suivi des activités dans leur circonscription, assurent l’encadrement rapproché des directeurs d’école et des enseignants, la mobilisation communautaire autour de l’école. Ils contrôlent, suivent et évaluent les enseignants et les directeurs d’école avec l’appui des Conseillers Pédagogiques.

Les Directeurs de Centre d’Animation Pédagogique planifient les visites de classes et suivent leur exécution par les Conseillers Pédagogiques qui font le suivi rapproché des enseignants et proposent les remédiations  aux difficultés rencontrées par les enseignants et directeurs d’école.

5. Etat de la mise en œuvre de l’Initiative ELAN-Afrique au Mali

Les langues d’enseignement ELAN sont le bamanankan, le fulfulde, le songhay et le tamasheq. La langue choisie pour le projet pilote en lecture-écriture est le bamanankan.

L’Initiative ELAN au Mali concerne 5 académies d’enseignement : Ségou, Mopti, Gao, Bamako Rive Droite et Bamako Rive Gauche. Le projet pilote ELAN  en lecture-écriture concerne quant à lui 3 académies d’enseignement : Ségou, Bamako Rive droite et gauche.

Suite au coup d’État survenu en 2012 au Mali, la participation du pays aux instances de la Francophonie a été suspendue. Lors de la 90ème session du Conseil permanent de la Francophonie, qui s’est tenue à Paris le 6 novembre 2013, cette mesure de suspension a été levée. Les activités relatives à l’Initiative ELAN-Afrique au Mali ont ainsi pu reprendre leur cours, ayant été suspendues quelques temps après le lancement officiel de l’Initiative en janvier 2012. Un plan de rattrapage a été mis en place afin de combler le retard dans la mise en œuvre de l’Initiative du Mali par rapport aux autres pays partenaires d’ELAN-Afrique.

Plusieurs activités se sont donc déroulées en l’espace de quelques mois à partir du mois de décembre 2013 :

  • La révision du plan d‘action ELAN, décembre 2013 ;
  • 1ère formation nationale des formateurs, superviseurs, enseignants et directeurs à l’approche ELAN de l’apprentissage/enseignement de la lecture et de l’écriture au primaire (1ère partie), décembre 2013 ;
  • 1ère formation nationale des formateurs, superviseurs, enseignants et directeurs à l’approche ELAN de l’apprentissage/enseignement de la lecture et de l’écriture au primaire (2ème partie), décembre 2013-janvier 2014 ;
  • Adaptation des supports pédagogiques, janvier 2014 ;
  • Formation des évaluateurs et superviseurs de l’évaluation à la saisie des données et à l’utilisation des outils. Adaptation des outils d’évaluation, janvier 2014 ;
  • Evaluation des performances des élèves des classes pilotes, janvier 2014.
  • Atelier d’adaptation des manuels de formation Elan du 17 au 22-01-2014
  • Atelier de formation en évaluation/Elan du 17 au 21-01-2014
  • Mission de collectes de donnés du 22-01 au 01-02-2014
  • Atelier de Validation du plan d’action National Elan-Mali Financement  BN du 25 au 27-01-2012
  • Cérémonie de lancement du programme Elan-Afrique du 22 au 25 janvier 2012
  • Atelier de formation régionale des formateurs à l’approche-Elan de la lecture et de l’écriture du 17 au 21-03-2014.

 

 

Carte du pays: 

Population : 

15 840 000 hab.

Superficie : 

12 000 000 km²

Capitale : 

Bamako

Langue(s) nationale(s) : 

bamanankan, bomu, bozo, dogoso, songhoy, fulfulde, maninkakan, soninké,hasaniya, khasonké, mamara, syenara, tamasheq

Langue(s) officielle(s) : 

français

Nombre de langues parlées : 

35

Langue(s) d'enseignement ELAN : 

bamanankan, fulfulde, songhay, tamasheq

Ministre : 

S.E. Mme Jacqueline Togola TOGOLA, Ministre de l'éducation nationale

Service en charge: 

Direction Nationale de l’Enseignement Fondamental (DNEF)

Point focal ELAN: 

M. Morifing CISSE, Directeur national de l’Enseignement fondamental

Sources : 

Ministère de l’Éducation nationale du Maliet Institut de statistique de l’UNESCO

Dernières actualités

23 Juin 2017

L’Institut de la Francophonie pour l’éducation et la formation (IFEF) de l’Organisation internationale de la francophonie (OIF) lance un appel à projets de recherches-...

20 Mars 2017

Faisant suite au séminaire tenu à Dakar en janvier 2017, l’Institut de la Francophonie...

Outils pédagogiques

21 Avril 2015

Guide d'orientation à l'approche bi-plutilingue de la lecture et de l'écriture au primaire.