Sénégal

  • Augmenter
  • Diminuer
  • Normal

Current Size: 100%

Sénégal

Sénégal

Chiffres clés

Écoles bilingues
30
10
Classes bilingues
30
10
Enseignants
30
10
Élèves
851
473
Formateurs
16
4
Langues d’enseignement
6
1

greg

Sources : 

Ministère de l’Éducation nationale de la République du Sénégal

Description

Site du MEN : http://www.education.gouv.sn/root-fr/files/index.php

La politique linguistique du Sénégal peut être caractérisée par les deux volets suivants: promouvoir les principales langues nationales pour en faire des langues de culture et maintenir le français comme langue officielle et comme langue de communication internationale. Ainsi selon l'article 1 (alinéa 2) de la Constitution du 7 janvier 2001 : « La langue officielle de la République du Sénégal est le français. Les langues nationales sont le joola, le mandika, le pulaar, le seereer, le soninke, le wolof et toute autre langue nationale qui sera codifiée. »

Le français est la langue de l’État sénégalais et de l’administration. L’article 28 de la Constitution stipule ainsi que « Tout candidat à la présidence de la République doit être exclusivement de nationalité sénégalaise, jouir de ses droits civils et politiques, être âgé de 35 ans au moins le jour du scrutin. Il doit savoir écrire, lire et parler couramment la langue officielle. »

Le décret présidentiel n°71566 du 21 mai 1971 donnait le statut de langue nationale pour le wolof, le joola, le malinké, le pulaar, le soninké et le seereer. Ces six langues codifiées sont suffisamment outillées pour être introduites à l’école comme médium d’enseignement. Cependant, des travaux complémentaires et l’édition de manuels scolaires appropriés sont nécessaires.

Description

1. Informations générales sur le pays

Pays : République du Sénégal
Région : Afrique de l’Ouest francophone
Organisation administrative : 14 régions (Dakar, Diourbel, Fatick, Kaffrine, Kaolack, Kédougou Kolda, Louga, Matam, Saint-Louis, Sédhiou, Tambacounda, Thiès et Ziguinchor)
Date d’indépendance : 4 avril 1960
Langue officielle : français
Langues nationales (Toute langue codifiée est considérée comme langue nationale): langue codifiée): balant, joola, hasaniya, laalaa, mankaň, mandinka, manjaku, noon, mënik, oniyan, pulaar, saafi-saafi, seereer, soninke, ndut, bayot, paloor, guňun, kanjad, jalunga  et wolof.
Le waméy est en cours de codification.
Nombre de langues parlées : environ 27 (recensées)
Président de la République : Monsieur Macky SALL depuis avril 2012.

2. Situation sociolinguistique du Sénégal

À l'instar de nombreux pays d'Afrique, le Sénégal est caractérisé par la diversité linguistique et culturelle née de la rencontre de trois grandes civilisations: la négro-africaine, l'arabo-islamique et l’occidentale française. La plupart des langues parlées au Sénégal appartiennent à la famille nigéro-congolaise et presque toutes les langues de cette famille relèvent du groupe ouest-atlantique ou du groupe mandingue.

La politique linguistique du Sénégal peut être caractérisée par les deux volets suivants: promouvoir les principales langues nationales pour en faire des langues de culture et maintenir le français comme langue officielle et comme langue de communication internationale. Ainsi selon l'article 1 (alinéa 2) de la Constitution du 7 janvier 2001 : « La langue officielle de la République du Sénégal est le français. Les langues nationales sont le joola, le mandika, le pulaar, le seereer, le soninke, le wolof et toute autre langue nationale qui sera codifiée. »

Le français est la langue de l’État sénégalais et de l’administration. L’article 28 de la Constitution stipule ainsi que « Tout candidat à la présidence de la République doit être exclusivement de nationalité sénégalaise, jouir de ses droits civils et politiques, être âgé de 35 ans au moins le jour du scrutin. Il doit savoir écrire, lire et parler couramment la langue officielle. »

Le décret présidentiel n°71566 du 21 mai 1971 donnait le statut de langue nationale pour le wolof, le joola, le malinké, le pulaar, le soninké et le seereer. Ces six langues codifiées sont suffisamment outillées pour être introduites à l’école comme médium d’enseignement. Cependant, des travaux complémentaires et l’édition de manuels scolaires appropriés sont nécessaires.

Par la suite, après codification, le hasaniya, le balant, le laala,  le mankaaň, le noon, le manjaku, l’oniyan, le mënik, le ndut, le bayot, le paloor, le guňun, le kanjad, le jalunga et le saafi-saafi sont devenues des langues nationales. Parmi elles, seule le saafi-saafi est introduite dans des écoles par une association communautaire.

Le wolof est la langue maternelle de près de 40% des Sénégalais. C’est aussi avant le français, la langue véhiculaire utilisée dans l’ensemble du pays et la plus comprise par les différentes ethnies sénégalaises. Sur l’ensemble des vingt et une langues nationales codifiées, seuls le wolof, le pulaar, le seereer et le madinka sont parlés par plus d’un million de locuteurs.

3. Langues nationales dans le système éducatif sénégalais

C’est en 1972 que l’importance des langues nationales dans l’enseignement élémentaire a été reconnue officiellement pour la première fois au Sénégal (décret n° 72-862 du 13 juillet 1972).

Après une phase expérimentale de 1976 à 1977, la première expérience d’enseignement de ces langues à l’école va démarrer en 1978, avec les classes télévisuelles et les classes non télévisuelles. Mais le grand déclic va se produire en 1981, avec les États Généraux de l’éducation et de la formation, pour donner naissance, près de 20 ans plus tard, à l’introduction des langues nationales à l’école élémentaire. De 2002 à 2008, des classes bilingues ont fonctionné dans l’ensemble des départements du pays. Cependant aucune évaluation n’a suivi cette expérimentation qui n’a été généralisée.

En adhérant à l’Initiative ELAN-Afrique, le Sénégal renouvèle sa volonté politique d’utiliser les langues nationales dans l’enseignement primaire. Cette volonté a été réaffirmée dans la Lettre de politique du secteur de l’Éducation et de la Formation signée en janvier 2013 par le Premier ministre. Il est ainsi stipulé au titre des Priorités (paragraphe 2.2) de cette Lettre que le gouvernement s’attachera à « développer progressivement l’utilisation des langues nationales dans le système éducatif, au-delà de l’alphabétisation fonctionnelle ». Il est également précisé au paragraphe concernant le « Cycle fondamental » (3.1.2) que le gouvernement devra « modéliser, expérimenter et développer une stratégie soutenable des langues nationales comme langue d’apprentissage durant les premières années du cycle fondamental ».

Enfin, l’introduction des langues nationales dans le système formel a été affirmée dans le nouveau Programme d’Amélioration de la Qualité, de l’Equité et de la Transparence dans l’Education et la Formation (PAQUET-EF) dans lequel sont déclinés les axes prioritaires de la politique sectorielle.

4. Les intervenants dans l’enseignement bilingue au Sénégal

Différentes organisations non gouvernementales (ONG) et partenaires interviennent au Sénégal en faveur de l’utilisation des langues nationales dans l’enseignement. L’Initiative ELAN-Afrique, de par son effet de levier, a permis de fédérer l’action de ces intervenants à travers un plan d’action intégré. On compte parmi ces acteurs :

- les ONG ARED (Associates in Research and Education for Development) , ADLAS (Association pour le Développement de la Langue Saafi), EMILe (Enseignement d’une Matière Intégrée en Langue étrangère), qui interviennent dans 150 classes bilingues ;

- L’agence de coopération Américaine, USAID, partenaire du Programme d’Amélioration de la Lecture et des Mathématiques à l’Elémentaire (PALME).

- La Banque Mondiale, partenaire du Programme d’amélioration de la qualité de l’éducation de base (PAQUEEB)

- Le BIE-UNESCO qui appuie l’Initiative pour l’amélioration des résultats de l’apprentissage en lecture dans les premières années de primaire : intégration du curriculum, enseignement, supports d’apprentissages et de l’évaluation.

- L’UNESCO BREDA qui appuie la réflexion pour une prise en compte des langues nationales dans la formation des enseignants.

Ces différentes initiatives facilitent la mise en œuvre du programme sectoriel.

5. Le dispositif de pilotage de l’Initiative et responsabilités des acteurs

  • Comité de pilotage

Composé de représentants du Ministère de l’Économie et des Finances, des directions nationales impliquées dans le projet, d’un Inspecteur d’académie, de deux Inspecteurs de l’Éducation et de la Formation, de l’Agence Universitaire de la Francophonie (AUF), de représentants des Partenaires Techniques et Financiers (PTF), de la société civile, des syndicats d’enseignants, des collectivités locales, de professeurs d’université.

  • La Direction de la Planification et de la Réforme de l’Education (DPRE).

Elle assure la coordination générale du projet et la mobilisation des ressources internes et externes. Elle participe au comité international de coordination de ELAN et organise les rencontres du comité de pilotage présidé par le ministre.

  • Le comité technique

Il est composé d’experts de la Direction de l’Alphabétisation et des Langues Nationales (DALN), de la Direction de l’Enseignement Elémentaire (DEE), du Centre national de Ressources Educationnelles (CNRE), de l’INEADE (l’Institut national d’étude et d’action pour le développement de l’éducation), la direction de la planification et de la réforme de l’éducation (DPRE), de l’Académie Sénégalaise des Langues Nationales, de la Faculté des Sciences et Technologies de l'Education et de la Formation, FASTEF (ex ENS), des Universités, de personnes ressources choisies sur la base de leur expertise.
Il prépare les budgets-programmes annuels à soumettre au comité de pilotage pour validation, adopte les Termes De Références des activités de production, et pré-valide les documents à soumettre à l’approbation du comité de pilotage.

  • La DALN et la DEE

Elles assurent ensemble la coordination technique du projet. Elles coordonnent toutes les activités de supervision et de suivi évaluation du projet et consolident les rapports émanant des structures d’exécution

6. Etat de la mise en œuvre de l’Initiative ELAN-Afrique au Sénégal

Les écoles ELAN sont réparties sur neuf (9) Inspections Académiques (IA) et quatorze (14) Inspections de l’Education et de la Formation (IEF).

Répartition par IA, IEF et langues d’enseignement des classes expérimentales au Sénégal :

Type de classes

IA

IEF

Langue

Ecoles

Projet pilote

Rufisque

Rufisque Département

Wolof

Cité Gendarmerie

Kounoune

Diamniadio

Sangalkam 1

Sebi Fass

Yenne kelle

Projet pilote

Thiès

Thiès Département

Wolof

Lélo

Ndirene

Mbavane

Mbissao

Elan classique

Fatick

Gossas

Seereer

Keur Macodou

Elan classique

Kaolack

Kaolack II

Seereer

Gandiaye I

Sikatroum

Elan classique

Saint-Louis

Podor

Pulaar

Diattar

Elan classique

Kolda

Kolda

Pulaar

Boguel

Médina Yoro Foula

Santancoye

Elan classique

Sédhiou

Sédhiou

Mandinka

Abdou Konaté

Alkaly B. Djité

Guia

Donaye1

Ndialmathie 1

Ndioum 1

Elan classique

Tambacounda

Tambacounda

Soninke

I.M.D.Bathily

Kounghany

Elan classique

Ziguinchor

IEF Ziguinchor

Joola

M.A. Diatta

IEF Bignona 1

kadjamore

IEF Bignona II

Batine

Source : DEE, MEN de la République du Sénégal

Suite à la validation du plan d’action le 5 septembre 2012, plusieurs activités ont été mises en œuvre selon le chronogramme prévu par le pays. (cf. plan d’action). Les 30 classes ELAN, dont les 10 classes du projet pilote en lecture-écriture, ont été ouvertes à la rentrée scolaire du 7 octobre 2013. L’expérimentation suit son cours.

Activités réalisées en 2013 - 2014 

Activités réalisées

Date

Ouverture des 30 classes ELAN  dont 10 du projet-pilote

07 octobre 2013

 Evaluation ex- anté des connaissances (test positionnement en lecture-écriture pour le projet pilote)

Du 11 au  25novembre 2013

Elaboration des livrets, guides et supports didactiques  intégrant le bilinguisme pour les 20 classes ELAN classique

Juillet 2013

 

Formation n°1 des enseignants titulaires, suppléants et des directeurs  des 30 classes ELAN en bassin

Septembre 2013

Mise à disposition des livret ELAN élèves et guide du maître pour les classes pilotes

Janvier 2014

Mission conjointe (OIF/MEN) de suivi supervision des 10 classes pilotes

Du 21 au 23 avril 2014

Evaluation post an 1 pour les classes pilotes

Du 20 au 28 juin 2014

 

Carte du pays: 

carte du Sénégal

Population : 

12 768 000 hab.

Superficie : 

196 200 km²

Capitale : 

Dakar

Langue(s) nationale(s) : 

balant, joola, hasaniya, laalaa, mankaň, mandinka, manjaku, noon, mënik, oniyan, pulaar, saafi-saafi, seereer, soninke, ndut, bayot, paloor, guňun, kanjad, jalunga et wolof.

Langue(s) officielle(s) : 

français

Nombre de langues parlées : 

27

Langue(s) d'enseignement ELAN : 

joola, mandinka, pulaar, seereer, soninké, wolof

Ministre : 

S.E.M. Serigne MBAYE THIAM, Ministre de l'éducation nationale

Service en charge: 

Direction de la Planification et de la Réforme de l’Éducation (DPRE)

Point focal ELAN: 

M. Djibril Ndiaye DIOUF, Directeur de la Planification et de la Réforme de l’Éducation (DPRE)

Sources : 

Ministère de l’Éducation nationale du Sénégal et Agence Nationale de la Statistique et de la Démographie

Dernières actualités

20 Mars 2017

L'Administrateur de l'OIF, M. Adama OUANE, accompagné des autorités éducatives du Sénégal, a visité les classes bilingues ELAN dans une école de Yenne Kell, le 17 mars 2017.

24 Juin 2016

L’Organisation internationale de la Francophonie a lancé officiellement la seconde phase de l’Initiative « Ecole et langues nationales » en Afrique (ELAN-Afrique) le 3...

Outils pédagogiques

21 Avril 2015

Guide d'orientation à l'approche bi-plutilingue de la lecture et de l'écriture au primaire.